RENFORCER LES CAPACITES ECONOMIQUES DES FAMILLES

Le projet visait à permettre à 60 familles vulnérables de trois villages (Oco-Maundé, Coiada et Tchumuel) d’améliorer leur existence en développant des activités rémunératrices. Le but était de prévenir la migration, le trafic et/ou l’exploitation des jeunes enfants. Les familles ont reçu une formation aux méthodes d’agriculture biologique afin d’améliorer leurs compétences et les rendements de leurs jardins; le surplus produit était vendu pour générer un revenu. Le projet a aussi proposé des activités pédagogiques aux enfants et jeunes vulnérables de ces villages.

Au terme du projet, 150 familles avaient pu en bénéficier sans coût supplémentaire. Les familles avaient établi des jardins communautaires dans chaque village, cultivant une variété de légumes nutritifs, en alternance avec le riz, le maïs et l’arachide pendant la saison des pluies. La production des jardins était principalement consommée par les familles, leur permettant de faire trois repas par jour. Les familles ont aussi pu augmenter leur revenu moyen mensuel de 86 $/mois grâce à la vente des surplus de production. Ce revenu supplémentaire a permis à toutes les familles de payer l’école primaire de leurs enfants. Dans chaque village, des jeunes ont été formés à l’enseignement de différentes activités pédagogiques (théâtre, football, débat, courses) hebdomadaires, proposées et prévues par les jeunes eux-mêmes.

La Fondation Suisse du Service Social International (FSSSI) est un réseau suisse d’intervenants sociaux et de juristes actifs dans le monde entier en faveur des enfants et des jeunes en situation vulnérable.

 

150
Familles

Type

Santé / Éducation / Environnement / Développement communautaire

Durée

Mai 2015- septembre 2018

Lieu

Guinée-Bissau

Avec qui

La Fondation Suisse du Service Social International (FSSSI)

Site internet

www.ssiss.ch

Guinée-Bissau

Population
1,9 million (2017)

Revenu par habitant
660 USD /an ( 2011)

Taux de pauvreté *
69 % ( 1010)

Taux d'alphabétisation
46 % (2016)

Indice de développement humain
177e pays sur 189 (2018)

La Guinée-Bissau souffre d’instabilité politique depuis son accession à l’indépendance, en 1974. Cela se traduit par un manque de développement et des niveaux de pauvreté élevés, avec plus des deux tiers de la population vivant en-dessous du seuil de pauvreté. De nombreuses femmes continuent de mourir lors de l’accouchement. Malgré des progrès dans la réduction de la mortalité infantile, un enfant sur dix meurt encore avant l’âge de 5 ans et 28 % des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition modérée à sévère. La pandémie de VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose continuent de progresser, ce qui se traduit par une espérance de vie particulièrement faible. L’éducation pour tous progresse lentement, même si la qualité de l’enseignement reste faible et aggravée par un grave manque d’enseignants et de ressources.

Sources: Programme alimentaire mondial, UNICEF, Banque mondiale, Rapport sur le développement humain 2016, Indices et indicateurs de développement humain (mise à jour statistique 2018)

*Pourcentage de la population vivant en-dessous du seuil de pauvreté.