Renforcer la sécurité alimentaire

Le projet visait à renforcer la sécurité alimentaire de 378 foyers agricoles dans le district de Dibate en privilégiant la participation des femmes, population particulièrement vulnérable. Le projet, qui concernait indirectement 756 autres foyers, a consisté en la création de sept écoles agricoles « sans mur ». L’objectif était triple : accroissement de la productivité agricole, augmentation des revenus liés à de nouvelles activités (élevage de volailles ou plantation de bambous) et amélioration du niveau nutritionnel des foyers en garantissant, une meilleure conservation des produits locaux.

A l’issue du projet, c’est 420 foyers qui ont pu directement bénéficier des activités mises en œuvre par CPAR. Elles ont permis d’accroitre la productivité agricole moyenne de 250% chez les femmes paysannes et de 230% chez les hommes. Cette progression est notamment due à l’apprentissage et la mise en œuvre de nouvelles techniques agricoles, à la multiplication des semences, ainsi qu’à une qualité améliorée de celles-ci. L’accroissement de la production a directement contribué à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition des foyers tout en réduisant la malnutrition infantile. Grâce aux activités génératrices de revenus, en moyenne, un foyer dirigé par une femme a vu ses revenus augmenter de 72%. Ceci a également contribué à renforcer leur statut social et économique.

Créée en 1984, CPAR (Canadian Physicians for Aid and Relief) œuvre en lien étroit avec les communautés les plus vulnérables d’Afrique.


Actualités

420
Foyers agricoles

Type

Développement communautaire

Durée

Octobre 2013 - septembre 2016

Lieu

District de Dibate / Ethiopie

Avec qui

 CPAR (Canadian Physicians for Aid and Relief) 

Site internet

www.cpar.ca

Ethiopie

Population
105 millions (2017)

Revenu par habitant
740 USD/an (2017)

Taux de pauvreté *
23 % (2015)

Taux d'alphabétisation
39 % (2016)

Indice de développement humain
173e pays sur 189 (2018)

L’Éthiopie est le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique subsaharienne, et l’un des plus pauvres de la planète. Même si la croissance économique est entravée par une insécurité alimentaire chronique, elle a permis l’émergence de tendances positives en matière de réduction de la pauvreté, dans les zones urbaines comme rurales. Le taux de pauvreté absolu a chuté de 46 % en 1995 à 8,7 % en 2016. Ces 20 dernières années, le taux de scolarisation en primaire a quadruplé, la mortalité infantile a été réduite de moitié et l’accès à l’eau potable a été multiplié par deux. Des progrès ont aussi été réalisés dans la lutte contre le paludisme et le VIH/Sida. Le pays accueille la plus importante population de réfugiés du continent (730 000 réfugiés enregistrés), ce qui fait peser une charge supplémentaire sur des ressources naturelles mises à mal par les chocs climatiques.

Sources: Programme alimentaire mondial, UNICEF, Banque mondiale, Rapport sur le développement humain 2016, Indices et indicateurs de développement humain (mise à jour statistique 2018)

*Pourcentage de la population vivant en-dessous du seuil de pauvreté.